Paysage

21 déc. 2012

Des vallées encaissées au plateau ardennais, en passant par le plateau des Tailles, et le bassin de Wiltz, les différents sentiers balisés de notre trajet vous permettront de découvrir quatre grands types de paysages.

Une grande partie du parcours sillonne le « haut plateau herbager ». Ce territoire présente une surface faiblement vallonnée d’une altitude moyenne de 500 mètres. Les herbages sont omniprésents. Ils sont agrémentés de quelques arbres isolés, de haies discontinues et de quelques bâtiments agricoles.  Les villages se situent généralement légèrement en contrebas de ce plateau près des sources des ruisseaux.

On retrouve parfois en marge des pâtures, des cultures fourragères (comme l’orge ou le maïs), oléagineuses (comme le colza) et céréalières surtout au Grand-Duché de Luxembourg. Ce type de paysage vous offrira de grandes ouvertures visuelles panoramiques.

Des hauteurs du plateau, vous serez menés aux profondeurs des « vallées » de l’Ourthe, de la Woltz ou encore de la Wiltz. Avec ces versants pentus et boisés, l’encaissement des fonds de vallées réduit les ouvertures visuelles et assombrit quelque peu les abords de la rivière.

En dehors des villes ou villages qui viennent s’implanter le long des cours d’eau, là où des affluents importants ont entaillé les versants, vous serez souvent à l’abri des bruits de la vie quotidienne. Vous pourrez ainsi profiter d’un moment paisible au son de l’écoulement de l’eau, sur des sentiers très naturels et souvent dans la forêt.

A la fois identitaire et particulier, le plateau des Tailles vous permettra de découvrir différents paysages fagnards. Quasiment inhabité, il se caractérise par un relief relativement plat. Pour y accéder, il vous faudra traverser sa couronne forestière, un versant à pente régulière, presque entièrement boisé.

Au centre de l’Oesling luxembourgeois affleurent des schistes moins résistants. Il en résulte un bassin au relief dit « apalachien », où les couches tendres forment un sillon encadré par des crêtes : le « bassin de Wiltz ». Ce bassin est formé par les régions entre le Kiischpelt, ancienne paroisse-mère et la ville de Wiltz. Il forme un ensemble transitoire entre les lanières du haut-plateau et les vallées encaissées.